Cinq instruments dans le vent

Une flûte, un hautbois, une clarinette, un basson… et un cor ! C’est cette association atypique qui définit le quintette à vent. Parmi ces instruments de la famille des bois s’est glissé un intrus : le cor, de la famille des cuivres. Constitué de cinq membres appartenant à des familles instrumentales distinctes et possédant des timbres variés, le quintette à vent a pour défi de trouver un équilibre entre cohésion et individualité. Cet ensemble permet aux compositeurs d’exploiter les nombreuses qualités offertes par les vents et accorde une nouvelle importance à des instruments qui ont pendant longtemps occupé une place secondaire.  

Le quintette à vent apparaît au début du 19e siècle comme une brise nouvelle dans le panorama de la musique de chambre. Anton Reicha ouvre la voie aux générations suivantes en écrivant pas moins de vingt-quatre quintettes entre 1811 et 1824 ! Suivront au 19esiècle Franz Danzi, Georges Onslow ou encore Paul Taffanel émerveillés par la nouveauté que représente le quintette à vent. Toutefois, la formation ne s’affirmera pleinement qu’à partir du 20esiècle. De nombreux compositeurs tels que Nielsen, Schoenberg, Hindemith, Milhaud et Ligeti lui consacrent alors une place dans leur catalogue. Ils succombent en effet tous à l’idée d’explorer l’écriture de cette formation de musique de chambre qui représente une terre nouvelle à conquérir.

De nos jours, le quintette à vent reste encore peu connu du vaste public. Les concours qui lui sont consacrés comme le CIMCL ainsi que les quelques ensembles professionnels participent toutefois à la diffusion et à la mise en avant de son répertoire.

— Paul Buffet, Stephen Hyde, Gabriel Navaridas, Clarence Talayssat.

Le 18 Avril 2017 par Paul Buffet, Stephen Hyde, Gabriel Navaridas, Clarence Talayssat.

Partager cette page