Presse

Camille Pépin, l'orchestre au cœur - Le Figaro

"Tout juste auréolée de sa spectaculaire Victoire comme compositrice de l'année [...] la jeune femme fait preuve une fois encore de son inventivité sans faille [dans The Sound of Trees] [...] Entre inspiration debussiste et influence post-minimaliste, cette partition luxuriante, où le rythme et le mouvement occupent, comme dans toute l'œuvre de Camille Pépin, un rôle central, est une sublime introduction à l'univers singulier et poétique de la compositrice."

Par Thierry Hillériteau

 

Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez sur le lien ci-dessous

"Une mini-révolution" - Classique mais pas has been

"Dans ce disque dédié à la musique française, Camille Pépin y partage l’affiche avec Claude Debussy et Lili Boulanger. [Sa] musique [...] ressemble à la leur pour son aspect limpide, solaire et séduisant. The Sound of Trees [...] est énergique et puissant comme une musique de film et s’appuie sur une solide construction harmonique. Voilà de quoi réconcilier le grand public avec la musique « contemporaine » ; merci Camille !"

Par Séverine Garnier

 

Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez sur le lien ci-dessous

La Victoire 2020 d'un état d'esprit - Gang Flow

"Le bruissement des feuilles, le bavardage incessant des arbres, condamnés à ne jamais pouvoir s’enfuir, vous y penserez sans doute en écoutant la création de Camille Pépin. Mais le pouvoir fortement onirique de cette pièce tient aussi à un méticuleux travail de plusieurs mois sur les sonorités, la cadence extraordinaire difficile ou encore les effets percussifs. [...] Le fruit d’un travail de tous. Très belle musique contemporaine, vivante et soudée."

Par Anne-Sandrine Di Girolamo

 

Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez sur le lien ci-dessous

Les Pléiades dans Classica !

"L'année Beethoven apporte son lot d'étrangetés, et la transcription de La Pastorale en fait partie [...] Le Sextuor Les Pléïades relève le défi avec grâce et volupté [...]  la formation nous emmène dans une interprétation toute en rondeur, non sans de joyeux accents rustiques [...] La transcription de 1810 apporte à la symphonie une légèreté et une transparence que retranscrivent parfaitement Les Pléïades"

Par Augustin Javel

Post-Scriptum, disque du Jour sur France Musique !

"Ils ont choisi 18 miniatures, bis interprétés par les musiciens à la fin de leur concert. Des pièces virtuoses qui ravissent depuis toujours un public friand de cabrioles. [...] L'amusement est effectivement au cœur de ce disque lumineux et brillant, porté par deux musiciens très complices."

"Le Disque classique du jour" par Emilie Munera et Rodolphe Bruneau-Boulmier

Réécoutez l'émission en cliquant sur le lien ci-dessous
 

Marina Chiche invitée de Jean-Baptiste Urbain

La violoniste Marina Chiche [était invitée dans l'émission "Musique matin" du 27 février] à l'occasion de la sortie de son disque "Post-Scriptum" en duo avec Aurélien Pontier, construit en forme de recueil de pièces brèves et en hommage à Jascha Heifetz et Fritz Kreisler.

Écoutez le podcast de l'émission en cliquant ci-dessous

"L'enchantement du bis" par Gang Flow

"Marina Chiche et Aurélien Pontier proposent au disque un Post-scriptum. Une déclaration d’amour aux violonistes virtuoses et légendaires dont Keifetz et Kreisler, sous la forme d’une conversation rieuse et séductrice avec le public contemporain autour du répertoire du bis. Le bis, cette petite « ligne » jouée à la fin du concert et qui en cristallise le souffle…"

 Anne-Sandrine Di Girolamo


Critique à lire dans son intégralité en cliquant sur le lien ci-dessous

"Collection de madeleines" par Musikzen

"Cet enregistrement est ainsi un album d’hommage plus qu’une collection de mélodies en dilettante, avec un dialogue très réussi entre un violon tantôt langoureux tantôt pétillant et un piano attentif."

Par Gérard Pangon

 

Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez sur le lien ci-dessous

Rencontre avec Noémi Boutin - RCF

Rencontre musicale au rendez-vous de l'émotion avec Noémi Boutin et son violoncelle au micro de Colette Chauvin.

Écoutez l'émission en cliquant sur le lien ci-dessous

Anaclase séduit par la "Pastorale" intimiste

"D’emblée, [la transcription de Michael Gotthard Fischer] offre au mélomane une gravure plutôt qu’une toile peinte, avec des bénéfices certains. En effet, si le côté spatial de l’œuvre originale est perdu, si le figuralisme qu’elle abrite appelait la diversité des timbres, on gagne une intimité avec le dessin compositionnel. Le relief pris par les modulations y dépasse le prétexte, sublimant l’aspect musique pure que possède moins l’opus pour orchestre, en comparaison."

Par Laurent Bergnach

Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez sur le lien ci-dessous

Une découverte ! - Pizzicato

"Beethoven’s 6th Symphony, the Pastorale, for string sextet in Michael Gotthard Fischer’s arrangement is a real discovery. It is presented in a beautiful, harmonious and extremely colourful recording. [...] The interpretation is very natural, all voices blend seamlessly into each other and the string sextet gives the Pastorale a wonderfully natural breath. Arnold Schönberg’s Transfigured Night in the original version for string sextet is performed with equal intensity and refinement."

Par Remy Franck

 

Pour lire la critique en allemand ou en anglais, cliquez ci-dessous

"Dialogue imaginaire" sur Musikzen

"Fidèle à ses combinaisons discographiques sortant des sentiers battus, à l'image de son premier album réunissant Thomas Adès, Dutilleux et Ravel, le Quatuor Varèse réitère avec candeur ce « dialogue imaginaire » qui lui va à ravir. Romantisme délicat avec Puccini, syncope néo populaire et mélodies tourbillonnantes avec le Bohémien Dvorak tombé amoureux du « Nouveau Monde » - et variété des climats et du contraste avec Debussy, plongé dans un rêve intérieur d'arabesques lointaines et de danses lascives. Le Quatuor Varèse se distingue de nouveau par la qualité de ses interprétations qui allient souplesse, multiplicité du style et registre infini du coloris."
 
Par Franck Mallet
 
Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez-ci-dessous

Pages